CP32 – 27 octobre 2014

abandonné de mon être même
porte fermée sans m’y attendre
de bond en bond
de pli en pli
et main battante comme une aile
la joie belle oubliée
creuse son nid au coeur
des ombres

m’irise

solitairephoto

Les mots : Francis
Les couleurs : Claudine

CP31 – 25 octobre 2014

clairière
qu’aucun pas n’arrache
oeil de lumière
sur le sexe du monde
j’accède seul à cette peau
poudreuse offerte
comme le premier lait

sous la pierre
le temps
n’a rien asséché de la source

vertdegris2photo

Francis : les mots

Claudine : les couleurs

CP30 – 21 octobre 2014

par où passer dis-tu
la main ne se crispera pas

quel chemin se dessine
au creux des gestes
aux creux des mots
ineffaçable

au solstice ardent
précise
l’aube nouée qui nous tend

traversera
sans cri ce volcan

de sa flèche

cometenoirephoto 2

Francis : les mots
Claudine : les couleurs

CP29 – 19 octobre 2014

de l’obscurité à la lumière
il faut
le feu aimer
le sang son éclat
de gorge cisaillée
sa fleur étrange

et dans l’intensité de l’os

oser l’exclamation du corps

tartinesvertesphoto 1

Francis : les mots
Claudine : les couleurs

CP28 – 13 octobre 2014

à peine
le jour héberge-t-il nos gestes

à peine
le dessin de nos bouches
tressé

ce fleuve
qu’aucun regret n’endigue

plus aucune faille
à l’écorce de vie

n’affleure

jauneorangerougeblancphoto 1

 

Francis : les mots
Claudine : les couleurs

CP27 – 10 octobre 2014

entre les pierres
si fragiles
dans la lumière de moisson
reposée
de ce jour sans voile

dans l’éboulis

des ombres descellées
rescellées recueillies
se taisent
s’échappent presque de nous

ce soleil transparent
cet élan silencieux
engrange la couleur

un seul trait
et tout est dit du vol
ne pouvant plus se dire
qu’en tremblant

et dans tes mains
la joie d’un rayon clair
que l’instant alluma
vibre encore

luxembourgpastelphoto

Francis : les mots

Claudine : les couleurs

CP – 26 – 4 octobre 2014

où se fondre
sinon dans la pure parole de lumière
advenue

où se perdre
sinon sur le chemin ouvert
d’une folle couleur

qu’atteindre
que vivre
qui ne soit cette saison
à aucune semblable
quand l’ombre épie le temps
d’une main de semailles

soif d’ici où cela fut
notre demeure épanouie

sablenoirphoto 1

 

Francis : les mots

Claudine : les couleurs